Une encyclopédie du court métrage français

Une encyclopédie du court métrage français View larger

Une encyclopédie du court métrage français veut surtout ouvrir les regards ou, pour reprendre la formule de Jean Vigo, aider à « nous dessiller les yeux ». Deux index, l'un des noms cités (plus de deux mille quatre cents) et l'autre des titres évoqués (plus de deux mille sept cents) achèvent ce travail de réflexion.

More details

New

39,00 €

Add to wishlist

Qu’est-ce qu’un court métrage ? À cette question simple, nous proposons une réponse nuancée, plurielle, qui ouvre sur une galaxie infiniment composite, nomade, mouvante.

Notre ambition est tout simplement de contribuer à réparer une injustice à l’égard de ce vaste continent trop souvent négligé. La palette de ce secteur est autrement plus ample et plus libre que ce que peut proposer l’histoire du long métrage. […]

[…] Les catégories les plus classiques s’y révèlent particulièrement protéiformes. Se pencher sur le court métrage, c’est rappeler que le cinéma est irrigué de la sève expérimentale, se nourrit des sciences et de tous les arts, qu’il peut être essai, poème, film ethnographique, bande amateur, porno pirate présenté dans les bordels, faux documentaire, film de propagande, cinéma engagé, film sur l’art, et bien d’autres choses encore.

Éclairer par ce biais la carrière de certains cinéastes apporte, sur leur cinéma, un nouveau point de vue, négligé de la plupart des monographies. Élire certains films courts redessine aussi un autre territoire, au sein duquel émergent des trésors oubliés, des films ovni, bref, de véritables œuvres insoupçonnées.

Le court métrage nous amène à frayer dans des contrées mal balisées, à élargir notre vision du cinéma, des cinémas, à découvrir des beautés inattendues, une histoire parallèle (esthétique, économique, juridique…) qui parfois précède l’histoire officielle du septième art, et qui décourage très vite toute ambition d’exhaustivité.

Une encyclopédie du court métrage français veut surtout ouvrir les regards ou, pour reprendre la formule de Jean Vigo, aider à « nous dessiller les yeux ».

Deux index, l’un des noms cités (plus de deux mille quatre cents) et l’autre des titres évoqués (plus de deux mille sept cents) achèvent ce travail de réflexion.


Textes de

Raphaël Bassan – Mireille Beaulieu – Hugo Bélit – Jean-Pierre Bertin-Maghit – Christophe Blanc – Sophie Bredier – Nicole Brenez – Gisèle Breteau-Skira – Émile Breton – Christophe Chauville – Gérard Courant – Sylvie Delpech – Bernard Eisenschitz – Karim Ghiyati – Sté-phane Kahn – Jacques Kermabon – Luc Lagier – Thierry Lefebvre – Marie-Claude Loiselle – Nathalie Mary – Rodolphe Olcèse – Antoine Perraud – Tangui Perron – Michel Roudevitch – François Thomas – Vincent Vatrican – Valérie Vignaux – Luce Vigo – Pascal Vimenet – Ar-nauld Visinet

Auteur(s) Jacky Evrard, Jacques Kermabon
Année 2004
Langue(s) Français
Pages 464 pages
Editeur Yellow Now